L’arbre et le fruit? L’entrepreneur: fruit de quel arbre?

Le texte que je vous propose ici est celui de Monsieur Claude Ruel, le PDG de l’ISPE du Quebec. L’ISPE étant l’Institut de Stratégie et de Pédagogie de l’Entrepreneuriat. Il était venu à Madagascar pour remettre le prix international Jean Marc Léger 2010 aux initiateurs du « Rendez-vous des entrepreneurs » dont l’AIFEM et le CNF.

Ce texte démontre l’importance de la culture entrepreneuriale et justifie l’initiative de l’ « Esprit d’Entreprise »

lethis

Titre: « La culture entrepreneuriale et l’entrepreneuriat »

Sous-titre: « L’arbre et le fruit »


« … Il est important de distinguer « entrepreneuriat » et « culture entrepreneuriale » : l’entrepreneuriat étant « le fruit », alors que la culture entrepreneuriale peut être comparée à « l’arbre »; l’analogie de la « moisson » et de son « champ » illustre aussi des réalités distinctes, mais interdépendantes…

…  L’entrepreneur, fruit de son milieu ». Ce que décrit ainsi le leader québécois du développement de la culture entrepreneuriale, Paul A. Fortin : « Un entrepreneur n’est pas le fruit d’une génération spontanée et il ne pousse pas dans le désert. Voilà pourquoi nous devons parler de culture entrepreneuriale, que l’on pourrait tout aussi bien désigner du nom plus poétique de jardin de l’espoir et du développement. »

Ainsi, toute société peut être comparée à un jardin où croissent des arbres qui porteront des fruits; et les fruits récoltés dépendront des espèces d’arbres qui y auront été plantés. La richesse et la beauté d’un jardin dépendent souvent de la variété d’arbres et de fleurs que l’on y retrouve; il en est de même de la richesse d’une société qui peut être associée à sa diversité culturelle. Et il est une culture qui peut être commune à de nombreuses autres cultures et leur permet de se développer : c’est la culture entrepreneuriale. Cette culture permet aux entrepreneurs de naître et à l’entrepreneuriat de se développer.

Il arrive parfois que l’on de mesures, d’initiatives, d’actions visant à soutenir et à aider les entrepreneurs : micro-crédit, mentorat, incubateurs, aide à l’exportation, etc., autant de moyens mis à la disposition des entrepreneurs, qui permettent à l’entrepreneuriat de se développer, et que l’on ait l’impression de soutenir ou de développer la culture entrepreneuriale. Ce qui n’est pas le cas, et ces mesures seraient inutiles s’il n’y avait pas d’entrepreneurs ou de personnes souhaitant le devenir pour en bénéficier. La culture entrepreneuriale, c’est ce qui précède; ce sont les valeurs, les attitudes, les messages portés par les leaders de nos sociétés et qui font que l’on décide de devenir entrepreneur, d’entreprendre.

D’où, l’arbre et le fruit. Et si chacun de nous devenait « L’homme qui plantait des arbres »? »

Texte collecté par Njaka RAJAONARISON
Esprit d’Entreprise
Diffusion de la culture entrepreneuriale – Promotion de l’entrepreneuriat

Publicités

Commenter

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s